Introduction:

Beaucoup de chrétiens aujourd’hui ont oublié ou méconnaissent la puissance de la croix. Pour certains la croix est juste un symbole religieux, pour d’autres un bijou, ou un super tatouage ou encore un objet qui, comme un talisman que tu colles au mur de ta chambre, fera fuir les esprits mauvais…. Pourtant il est écrit dans :

1 Corinthiens 1 :18 En effet, prêcher la mort du Christ sur la croix est une folie pour ceux qui se perdent ; mais nous qui sommes sur la voie du salut, nous y discernons la puissance de Dieu. (BFC) 

Comment s’approprier cette puissance ? Ne vivons pas notre vie chrétienne en passant à côté de ce magma de puissance que Dieu met à notre disposition !

 Voyons ensemble ce qui se cache derrière le mystère de la croix…

D’un premier abord, lorsque nous pensons à la croix, cela nous fend le cœur, notre âme se charge alors d’émotion. Pourtant, le message de la croix n’a pas « impacté » le monde entier juste en touchant les émotions des Hommes. La puissance de la croix va bien au-delà d’un impact émotionnel.

Lisons ensemble, ce que Jésus dit à ce sujet :

Luc 23 : 26 Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus. 27 Il était suivi d’une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Jésus se tourna vers elles et dit : « Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas à mon sujet ! Pleurez plutôt pour vous et pour vos enfants ! (BFC)

Jésus n’a pas accepté d’aller à la croix pour que nous nous apitoyons sur Lui…. Il n’est pas mort pour nous faire pleurer, mais pour mettre une raclée à Satan et son armée. À la croix, Il a accompli un but qu’Il avait choisi et dont Il parla durant toute la durée de Son ministère.

Ce fut un choix de Sa part !

Jean 10, 17 Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. 18

Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. (LSG)

 

Il mentionna souvent Sa mort prochaine durant son ministère…

Luc 9 : 22 Il ajouta qu’il fallait que le Fils de l’homme souffrît beaucoup, qu’il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour. (LSG)

Notez le petit mot « Il fallait » qui signifie, il est nécessaire. Pourquoi était-il nécessaire qu’Il endure de telles choses ?

Huit jours après, Il prit avec Lui trois disciples sur une montagne et quelque chose de merveilleux arriva. Jésus fut glorieusement transfiguré et deux personnages du passé

apparurent : Moïse et Elie. Les disciples furent subjugués par ce qu’ils virent. Ils entendirent alors Moïse et Elie parler à Jésus de Sa mort prochaine. La conversation divine tournait autour de la croix…

Luc 22 : 30 Et voici, deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Elie, 31 qui, apparaissant dans la gloire, parlaient de son départ qu’il allait accomplir à Jérusalem. (LSG)

Le mot grec pour « départ » c’est le terme « exodos » qui nous rappelle la délivrance du peuple d’Israël d’Egypte, une manifestation de puissance divine…

La mort sur la croix était son but ultime…

Jean 12 ; 27 « Maintenant mon cœur est troublé. Et que dirai-je ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure de souffrance ? Mais c’est précisément pour cette heure que je suis venu. (BFC)

« Cette heure » – Dans le ministère de Jésus, il y a eu beaucoup d’extraordinaires moments, lorsque Jésus guérit les malades, marcha sur l’eau, calma la mer, fit des miracles, ressuscita les morts et enseigna les multitudes… Mais durant toutes ces heures, Il avait en tête une heure ; « L’Heure » où la destinée de Sa vie se réaliserait, le paroxysme de toute Son existence sur terre.

Son focus, Sa cible, l’ennemi qu’il était venu abattre, était la mort elle-même. Il vint pour confronter cet ennemi. Il vint pour détruire les œuvres des ténèbres. Nous, nous évitons la mort, en prenant les dispositions nécessaires contre tout accident, maladie et autre danger qui nous guette. Mais Jésus, Lui, Jésus n’était pas poursuivi par la mort ; Il la poursuivit et la défia Lui-même !

Il força le roi de la terreur à venir se mesurer à Lui, Il exigea le duel. En vaillant

guerrier, il a pénétré le domaine de la mort et a causé la mort de la mort !

Amen ! Merci Jésus !

Dans les prochaines pensées, nous verrons ensemble ce que représente la croix pour nous !

Commentaires